emigrants retour portugal

De nouvelles mesures visant à faire revenir les émigrants portugais au Portugal

Alors que le taux de chômage au Portugal est en baisse depuis plus de 3 ans, ce pays de 10, 4 millions d’habitants, qui était au bord du gouffre économique il y a quelques années, voit tous ces principaux indicateurs économiques au vert : croissance, reprise de l’investissement, forte baisse du  chômage, réduction du déficit public.

La croissance de son PIB (+2.7%) est supérieure à la moyenne de la zone euro et les prévisions pour l’année sont très optimistes. Le taux de chômage qui atteignait 17,5% début 2013 n’est plus qu’à 7,9% en 2018.

Le salaire minimum a été augmenté de 530 € à 557 € en 2017 et doit être porté à 600 € en 2019. Le budget 2018 du Portugal prévoit une hausse des pensions de retraite, un programme de revalorisation de la fonction publique ou encore une diminution d’impôts pour les classes moyennes.

Le modèle portugais démontre que les politiques de relance, peuvent bel et bien porter leurs fruits.

Seulement le pays doit faire face un problème, celui de la fuite des « cerveaux » et du manque de main d’œuvre qualifiée. La crise économique qui avait touché le Portugal de plein fouet est bel et bien derrière. Cependant, de nombreux portugais avaient fait le choix de quitter le pays, dans l’espoir d’une vie meilleure, notamment vers l’Allemagne, la France ou le Royaume-Uni.

Les jeunes diplômés du pays ont tendance eux aussi à émigrer vers la France, l’Allemagne et surtout l‘Angleterre. Deux millions de portugais vivent en dehors du Portugal, c’est-à-dire 20% de la population.

Et bien le gouvernement en a décidé autrement et le Premier ministre António Costa a décidé de ramener le thème du retour des émigrés à l’ordre du jour, en mettant en place une mesure fiscale incitative, afin de favoriser le retour au pays des émigrants partis au moment de cette crise économique.

Les émigrants revenant au Portugal seront assujettis à une réduction de 50% des impôts d’IRS, l’imposition sur le revenu et ce à partir de 2019 : durant 3 à 5 ans (le nombre d’année restant encore à définir).

Le gouvernement espère clairement le retour des jeunes diplômés et affiche  une détermination à accompagner cette décision, d’un ensemble de mesures de soutien pour les frais de rapatriement et d’hébergement au Portugal.

La mesure est principalement destinée au retour des jeunes diplômés (non seulement) et pour bénéficier d’un tel soutien, ils devront faire le choix de revenir en 2019 ou 2020, et justifier avoir été résident fiscal au Portugal jusqu’en 2015.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.